Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 21:13

Les hauts se délitaient en lambeaux
Les voix sourdes criaient. Qu'y pouvait-on ?
Lancées, les verses s'abataient obliques
Et nul sous elles ne semblait s'attarder.

Orangée, L'eau en traits délavait le monde
Mêlant les couleurs à une encre assoiffée
Et les têtes vers l'avant, s'inclinaient
comme une vaine prière au beau temps.

C'est là qu'elle fit l'impensable.

On la vis lever son visage, pour laisser
l'eau glisser sur l'ourlet de son voile
en perles d'agathe de saphir et de jais,
qui roulaient à ses pieds, sauvages.

A l'averse elle répondait
avec l'éclat que laissait apparaitre
le sourire sur ses lèvres
Et l'eau enfin là.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kronsilds - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Béatrice Duka 15/09/2010 22:45



Hello Oliv !


Je ne m'étais connectée depuis fort longtemps (notre dernière et brève conversation msn) et je tenais à te dire que j'aime toujours autant ce que tu produis. Bien à toi,


B.



Kronsilds 16/09/2010 01:04



Merci très chère



Loïc 29/04/2010 22:38



Ca faisait un moment que je ne t'avais lu. Tu n'as pas perdu ton verbe ! C'est très métaphorique tout ça !! J'adore.



lyly 21/04/2010 21:37



je te découvre grasse à surivor! tu as bien fait de créer ton fil;)


très jolis mots !


à bientôt



mariev 21/04/2010 09:46



J'aime beaucoup ces hauts qui se délitent en lambeaux, image exacte, photographie, même!


Te revoilà enfin, avec quelques perles précieuses, miam!


;)